Avec Anoushka 79 publié aux éditions Le Passage, Patrick Eudeline, auteur, chanteur punk et critique chez Rock & Folk nous emmène à la fin des années 70 dans un Paris en pleine métamorphose, à la recherche d'Anoushka, jeune punkette destroy disparue. Si ce court roman m'a tout de suite tapé dans l’œil c'est parce que je souhaitais y retrouver une histoire d'écorchés, de jeunes punks désabusés et la subversivité d'un bouquin de Virginie Despentes que j'affectionne tant.

Paris, 1979. Simon est le fils d'un acteur célèbre, on le reconnait à sa gueule. À seulement 20 ans, il a déjà perdu gout à tout, il passe ses journées à trouver un moyen d'avoir son fix du jour et à chercher Anoushka, une jeune femme avec qui il passe du temps parfois mais qu'il ne connait pas si bien. La punkette a disparu et Simon remonte le jeu de piste à travers la capitale pour la retrouver et savoir ce qui lui est arrivé. Une enquête désorganisée, troublée par des rencontres peu recommandables et une plongée dans un quotidien de violences et de drogues.

Souvenirs

Si l'histoire est fictive, elle reste ancrée dans un passé réel qu'arrive à nous retranscrire l'auteur grâce à ses propres souvenirs de cette époque. À travers son écriture soignée, qui diffère de celle de Virginie Despentes plus trash et crue, il arrive à nous faire ressentir l'atmosphère de cette époque de la fin des années 70. Eudeline ayant été leader du groupe de punk français Asphalt Jungle, il a vécu cette vie, fréquenté les lieux cités et connus certains personnages de l'histoire. D'ailleurs, Eudeline lui-même est un des personnages de l'histoire, on l'entraperçois dans quelques scènes de même que le controversé Roman Polanski qui a droit à sa scène en compagnie d'une ado de 16 ans. (Cette inclusion me laisse personnellement perplexe. Eudeline nous balance deux trois phrases sur Polanski et ses prétendus "regrets" vis à vis d'actes qu'il aurait commis sous l'influence des drogues. Des phrases sans approfondissement ni incidence dans l'histoire et qui donnent une impression de gratuité inutile agaçante. Mais c'est le seul détail qui m'a dérangée.) La présence d'Eudeline lui-même donne une autre saveur au roman, comme s'il racontait finalement la vie de quelqu'un qu'il aurait pu connaitre à cette époque, inscrivant le récit fictif dans une réalité passée. Ainsi, on a une sensation d'authenticité et d'honnêteté puisque l'auteur n'en fait pas trop. Pas question de rajouter du dramatique car la réalité à cette époque chez les jeunes punks c'était juste ça, un shoot, un concert par ci par là, et rien de bien méchant pour révolutionner la société. Juste des jeunes qui zonaient.

Nous menons, tous, une vie dangereuse. La dope, l'héroïne, nous a conduits à une délinquance inévitable. Des histoires de braquages, de deal, de violence circulent. Nous baignons là-dedans. En fait, nous sommes fascinés, tous autant que nous sommes, par le gangstérisme. Et son ambiance !

Paris à coup de bulldozer

Simon part donc enquêter pour retrouver Anoushka et pour cela, il va nous emmener à travers tout Paris, celui de la fin des années 70. Et finalement pour Simon, Paris est la seule chose qu'il aime vraiment, et ça se ressent. Il s'en rend compte au fil de ses déambulations et déplore les changements en train de survenir dans ce paysage urbain qui lui était familier. Car les années 80 annoncent de gros chamboulements, une volonté de moderniser la ville, de démolir ce passé pour construire autre chose. De nombreux bâtiments sont rasés, détruits, pour y construire à la place des ZAC et des parcs. C'est la fin d'une ère et le début d'une uniformisation des villes où on va perdre ces endroits qui faisaient le charme et la singularité de certains quartiers de Paris. Pour nous restituer l'ambiance parisienne post-punk on se balade alors dans des salles de concerts mythiques, le Gibus, le Rose Bonbon, dans les quartiers de Pigalle, Montparnasse ou encore Belleville. Pour qui vit loin de Paris, cette facette du roman peux à la fois toucher ou garder le lecteur à distance. Car même si l'auteur arrive parfaitement à retranscrire avec sa poésie punk, l'atmosphère authentique de ce Paris qui n'existe plus, on peux aussi se sentir aussi un peu perdu entre tous ces lieux, ces références musicales précises et ses mots d'argots.

No romance

À première vue, l'histoire d'Anoushka 79 pourrait être le point de départ d'une romance fleur bleue, pleine de de bons sentiments et on pourrait presque s'attendre à un message typique de l'amour qui survit à tout ou qui guérit ces punks paumés et désabusés d'une vie de décadence. Mais il n'en est rien, heureusement. L'auteur ne cherche pas à moraliser quoi que ce soit ni à faire passer un quelconque message, en dehors du fait qu'il pense que cette ère du punk est terminée. Simon ne connait pas vraiment Anoushka. Ils couchent ensemble, elle vient le voir pour se droguer mais elle n'a jamais parlé d'elle-même. Tout ce qu'il sait, c'est qu'elle se drogue, vole et se prostitue parfois. C'est une jeune femme libre qui n'a peur de rien et qui fait ce que bon lui semble, même si cela n'est pas sans danger. Simon va s'imaginer qui lui est arrivé les pires trucs et véritablement s'inquiéter pour elle, ce que personne d'autre ne semble faire et ce, sans parler d'amour. Anoushka n'apparait quasiment pas dans le roman, c'est Simon qui est au centre du récit. Simon qui malgré sa vie merdique essaie de faire quelque chose de bien pour une fois. Mais autour de lui, c'est le chaos. Les personnages ont la vie dure dans ce roman, ils sont entourés par la violence, les overdoses et la mort. Fidèle à elle-même, la police n'en a pas grand chose à cirer des marginaux et fait son travail n'importe comment, ce qui n'étonne personne. En résumé, pas de guimauve dans cette histoire, ni de happy ending, mais ce réalisme sale et brut tant appréciable qui permet au roman de sortir du lot et de marquer son lecteur.

Anoushka 79 est un court roman qui réussi à dépeindre la fin d'une époque, celle du Punk dans un Paris, lui aussi en pleine mutation. Avec ses personnages désabusés et ses références à la musique contestataire, Patrick Eudeline réussit à accrocher le lecteur dès le début pour une virée authentique dans ses souvenirs d'ancien leader de groupe punk.
Merci aux éditions Le Passage et à la masse critique Babélio pour cette belle découverte !

__________

Acheter Anoushka 79 sur Amazon !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *