Juste avec sa couverture, Homunculus était l'une des BDs qu'on attendait le plus cette année. Cette histoire, complète en deux tomes mettant en scène un docteur spécialiste en paranormal accompagné d'une petite créature masquée, prenant place dans l'Angleterre du 19ème siècle et grouillante de monstres bizarroïdes, nous a immédiatement intrigué. Après avoir découvert l'auteur déjanté Rune Ryberg avec Géant Et Le Fâcheux Rendez-Vous, puis La Sorcière En Haut De La Montagne, il fallait voir ce que ça donne quand il partage son univers avec un scénariste.

Madame Kowalski est morte et elle l'avait prédit à la minute près. C'était une femme de renommée et largement réputée pour ses talents de spiritisme et d'occultisme, mais ce qui la rendait unique en vérité c'était qu'elle pouvait entrer en contact avec l'Éther, une dimension grouillant de monstres tous plus gluants, tentaculaires et bizarres les uns que les autres. Hélas depuis la mort de Madame Kowalski, ils ont une fâcheuse tendance à vouloir s'inviter dans notre monde. Nous suivons donc le Docteur Harryhausen et son assistant, une petite créature qui semble percevoir également l'Éther, dans leur lutte contre contre les monstres et les sociétés occultes.

Homunculus nous lâche dans l'Angleterre victorienne de la fin du 19ème siècle où un Docteur expert en occultisme tente de lutter contre la dimension de l'Éther. On a rapidement affaire à tout un bestiaire de monstres variés et colorés aux allures lovecraftiennes. Le Docteur Harryhausen, qui tire d'ailleurs son nom du concepteur d'effet spéciaux et créateur d'une flopée de monstres emblématiques, nous embarque avec lui et son assistant dans une histoire qui mêle enquête paranormale et chasse aux mystères, le tout avec l'idée d'un monde invisible superposé au notre que peu de gens peuvent percevoir.

Tout au long du récit, on évolue dans un univers à la mythologie riche qui se base sur des histoires mystiques et fantastiques issues des légendes connues de notre monde. On y rencontre des sociétés secrètes qui manipulent des pouvoirs occultes, on cherche avec les héros à mettre à jour des complots importants et on assiste impuissant au réveil d'une menace séculaire qui se réveille.

Homunculus page 36
Rune Ryberg - Homunculus (Les Aventuriers de l'Étrange)

Côté illustrations, le surréalisme et les couleurs flashy sont au rendez-vous pour donner corps à cette histoire. Comme dans un récit de Lovecraft, les créatures se font monumentales et côtoient notre monde sans que personne ne le sache vraiment. Cette horreur viscérale est représentée avec brio en utilisant un certain surréalisme à la Dali à base de protubérances organiques difformes et tentaculaires. Avec son trait tremblotant et des couleurs vives qui s'opposent, mais utilisées côtes à côtes, Rune Ryberg permet de matérialiser ces créatures cauchemardesques. Les illustrations sont tourbillonnantes, grouillantes, vertigineuses et nous plongent dans l'inconcevable et l'invisible.

Homunculus est une petite pépite de la rentrée. Réussie à tous les niveaux, la bande dessinée nous embarque pour une aventure pleine de mystères et de légendes ésotériques dans laquelle on se pose une bonne quantité de questions en même temps que les personnages tout en croisant des créatures qui auraient leur place lors des repas de famille chez Cthulhu. Le tout est sublimé par un trait et des couleurs dingues qui donnent vie à cet univers complètement déjanté. On a hâte de connaître le fin mot de l'histoire dans le deuxième tome qui sortira l'année prochaine.

__________

Acheter Homunculus sur le site des Aventuriers de l'Étrange !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *