Les Ferrailleurs, c’est la trilogie jeunesse fantastique de l’auteur anglais Edward Carey qui se conclut ici par un dernier tome intitulé La Ville. Cette saga fut une véritable découverte qui dès le départ a su me conquérir par son originalité, son côté gothique, théâtral et étrange.

Edward Carey Les Ferailleurs 3 la ville

Dans le tome 1 on suivait Clod Ferrayor, un jeune garçon ayant comme don particulier d’entendre parler les objets et vivant au château des Ferrayor au milieu d’une décharge, dans une Angleterre lugubre et crasseuse du 19ème siècle. On y voyait le lien étrange entre les membres de cette famille et des objets en apparence banals, jusqu’à l’arrivée de Lucy Pennant, une orpheline qui allait vite conduire Clod à remettre en question son univers et sa famille. Après moult péripéties, nos deux héros se perdaient de vue dans le tome 2 au sein de l’immense faubourg de Fetiborough, un endroit peuplé de pauvres qui allait encore leur donner du fil à retordre et nous fournir quelques éléments de réponses. Dans ce dernier tome on termine cette histoire à Londres, aussi appelée Londremor par les Ferrayor et qui commence à percevoir les effets secondaires de la présence de cette famille. Ces derniers, eux, n’ont plus nulle part où aller, pourchassés par la police de Londres et assassinés les uns après les autres à cause de leur statut ils vont devoir mettre en œuvre un dernier plan qui va les amener jusqu’au Parlement et à la reine d’Angleterre pour tenter le tout pour le tout.

Ce troisième opus conclut très bien cette saga en nous apportant les réponses que l’on attendait mais sans toutefois parvenir à être aussi haletant que le tome 2. Le deuxième tome est probablement le meilleur et celui où l’action est la plus présente. Ici l’auteur prend beaucoup de temps à entrer dans le vif du sujet. Les dialogues sont très longs et redondants, bien que fidèle à ce que l’auteur nous a proposé dans toute la saga. Puisqu’on retrouve bien ce côté théâtral du style de l’auteur, notamment dans les dialogues qui s’enchaînent très vite mais qui donnent parfois un aspect étrange à la lecture. Il s’agit vraiment d’un style qui ne plaira pas à tout le monde. Les 600 pages du texte se font ressentir et on aurait probablement pu abréger et couper 150 pages sans que cela nuise à l’histoire d’autant plus que l’histoire s’accélère beaucoup dans les 100 dernières pages.

En revanche l’histoire est toujours aussi originale et prenante avec un tome qui est très urbain puisqu’on se retrouve à Londres, dans ses ruelles crasseuses du 19ème siècle. L’atmosphère gothique, sombre, absurde et loufoque qui rappelle Tim Burton est toujours un vrai plaisir et les dessins originaux de l’auteur, toujours aussi nombreux, permettent de renforcer l’immersion et de s’y retrouver parmi les très nombreux personnages qui s’alternent la narration des chapitres. L’époque de l’histoire de cette saga est une de mes préférées et c’est dans ce tome qu’elle est la plus marquée, notamment par les détails historiques ou relatifs à la société anglaise. Ici on est précisément en 1876 où règne la reine Victoria qui doit justement ouvrir la session du parlement. Ces détails donnent beaucoup de poids à l’histoire et permettent de la raccrocher plus facilement au genre fantastique alors que jusqu’à présent on aurait pu parler de fantasy. Ces détails historique sur l’Angleterre m’ont d’ailleurs donné très envie d’en savoir plus sur l’histoire Anglaise et le fonctionnement de la monarchie parlementaire.

Imaginez ceci : il y a une rue dans Londres, Londres la plus grande ville du monde, cette métropole foisonnante, qui abrite plus d'âmes que n'importe quelle ville sur la planète, où tout le monde se pousse et se bouscule. Eh bien, dans cette ville surpeuplée il existe une rue vide, une rue morte, une rue déserte. Comme si l'humanité s'achevait là. Comme si Londres était devenu un musée, et qu'il n'y avait plus personne pour le visiter.

Les Ferrailleurs aura donc été une trilogie qui ne ressemble à aucune autre, vraiment atypique et originale tant dans sa forme que dans le fond. Les personnages sont attachants, bien que bizarres, l’atmosphère sombre et glauque et le style d’écriture très théâtral sont tous aussi bizarres que l’histoire ! Les trois tomes ont parfaitement suffit à construire un univers riche et à conclure cette saga par un final presque apocalyptique qui restera dans ma mémoire et sur mes étagères. Une série à recommander aux adeptes de Miss Pérégrine et les Enfants Particuliers qui voudraient pousser l‘étrange et l’absurde encore plus loin, où juste à ceux qui cherchent une histoire qui sort des sentiers battus. Edward Carey a parfaitement réussi à me donner envie de découvrir tout son travail et de lire ses deux autres romans publiés avant cette trilogie, L’Observatoire (2000) qui propose une histoire encore en lien avec la saleté et les objets du quotidien et Alva et Irva (2003), un roman contemporain.

__________

Acheter Les Ferrailleurs, Tome 3 : La Ville sur Amazon !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *