Des monstres, une ambiance cosmique Lovecraftienne et des personnages fouillés à la Stephen King, il n'en faut pas beaucoup plus pour avoir envie de se plonger dans cette dernière parution des éditions Albin Michel avec leur très prometteuse collection Imaginaire qui en a déjà séduit beaucoup. Premier roman de l'auteur, première tentative pour moi dans cette collection, et beaucoup de promesses pour cet ouvrage plein d'hommages aux grands noms de l'horreur. Le constat est sans appel, un beau coup de cœur, un livre à dévorer goulûment et un pari remporté.

Noah nous raconte l'histoire de sa famille, les Turner, originaires du Texas et famille pas comme les autres. On suit leur quotidien, banal et en même temps ponctué d'étrangeté, de la rencontre dans les années 60 entre son père Harry, fan d'horreur et sa mère Margaret, forcée d'abandonner ses études, jusqu'au fondement de leur famille avec la naissance de leurs filles Eunice et Sydney, puis du jeune Noah. Avant que Harry ne tombe malade et décède, créant un gouffre de solitude au sein de la famille, il avait construit une maison hantée dans leur jardin pour Halloween. Le point de départ d'un enchainement d'évènements fantastiques et troublants qui se poursuivront pendant des années jusqu'en 2013.

Une construction du récit menée d'une main de maître

Soyons honnête, des auteurs qui savent construire un récit de façon aussi précise et intelligente, à part Stephen King, il n'y en a pas beaucoup, surtout pour leur premier roman comme c'est le cas ici avec Shaun Hamill. Le moins qu'on puisse dire c'est qu'il prend son temps pour poser l'histoire et ses personnages, il ne faudra pas s'attendre à beaucoup d'action, mais c'est ce point qui m'a le plus plu. Étant donné la très longue période (60 ans) dans laquelle se déroule le récit, l'auteur a dû ruser pour nous maintenir éveillés, et nous faire comprendre toute l'histoire de cette famille en un minimum de pages tout en réalisant des ellipses. Et il a parfaitement réussi son coup ! Shaun Hamill nous peint la famille Turner et toute son évolution : la rencontre entre Margaret et Harry, la naissance de leurs deux filles, leur vie quotidienne teintée d'horreur grandissante et s'insinuant au fil des pages, La Tombe, leur première maison hantée, puis leur second projet Promenade au cœur des ténèbres. À la manière de Stephen King, chaque personnage a son évolution et sa propre histoire bien fournie, ce qui facilite l'immersion et l'attachement qu'on leur porte. Les deux maisons hantées sont d'ailleurs presque traitées comme des personnages à part entière et ont leur évolution propre tout en faisant partie de la famille. Au fur et à mesure de la lecture, on sent la tension monter crescendo et on s’attend au pire pour cette famille qui semble rongée au fil des pages. Lorsque enfin arrivent les dernières pages du roman, tout s'emboite à la perfection et nous révèle le talent de l'auteur. On pourrait décortiquer de livre pendant des heures et toujours trouver de nouveaux angles de réflexions, mais ce serait presque dommage de lui enlever sa part de mystère si séduisante et addictive.

L'inquiétante étrangeté et la figure du monstre revisitée

Si l'histoire nous est vendue comme un récit d'horreur, il ne faut pas s'attendre à frissonner d'angoisse malgré les références au maitre de l'horreur H.P Lovecraft ou encore à des films cultes comme Rosemary's Baby et autre Famille Adams. Malgré cela, une ombre glaçante plane sur nos personnages. Margaret a des hallucinations, elle voit des yeux oranges à plusieurs reprises au cours de sa vie. Puis c'est au tour de Noah de voir le monstre et de nouer une relation étrange et dérangeante avec cette créature lupine et mystérieuse. La figure du monstre est ici bien repensée et propose quelque chose de différent. À la manière de Guillermo Del Toro, l'auteur ne livre pas une vision clivante avec d'un côté des monstres méchants et de l'autre des personnages gentils, mais brouille les frontières pour nous perdre. Toujours dans l'optique de s'inspirer de l'ancien pour faire du neuf, on note une jolie influence d'E.T. de Steven Spielberg dans ce monstre aux yeux oranges, qui devient l'AMI de Noah. Si les deux personnages viennent de mondes différents et ne se comprennent pas toujours, ils nouent tout de même une relation et des liens d'amitié très forts que rien ne viendra perturber. Malgré cela, un gouffre les sépare et on sent l'hommage à Lovecraft dans ces entités anciennes qui nous dépassent et qu'on a autant de mal à appréhender que l'infini. L'aspect cosmique cher à Lovecraft est bel et bien présent et l'auteur arrive à nous procurer cette sensation de gigantisme et de mystère si plaisante à lire et en même temps si effrayante. Et c'est là que se situe toute l'horreur, quelque part merveilleuse, du roman.

Noah. C'est le nom du bébé. Ravagé par la douleur, Harry a tout de même les idées claires, il sait qu'on lui donne une seconde chance de rencontrer son fils. Libéré de l’altération provoquée par la tumeur, il voudrait dire tant de choses à ce garçon, mais il va à l'essentiel, ce qui lui semble peut-être le plus important : la vie transforme n'importe qui en monstre, mais ce n'est jamais irréversible.

Shaun Hamill signe donc ici un roman addictif qu'on a du mal à lâcher et qui a dores et déjà fait l'unanimité dans la blogosphère. Impossible de ne pas être complètement envouté par l'univers inquiétant de Shaun Hamill qui a su créer ses propres monstres tout en rendant un bel hommage aux maîtres de l'horreur. Le récit est incroyablement bien ficelé et si l'auteur nous donne des informations au compte goutte, tout s'imbrique parfaitement à la fin et on a qu'une envie : relire le livre pour s'immerger à nouveau et avoir une deuxième lecture. À noter que les droits d'adaptations du roman ont déjà étés achetés et qu'une série verra donc le jour, une série que le Pugoscope se fera évidemment une joie de visionner et de vous en reparler. Le Pugoscope remercie par ailleurs Babelio et Albin Michel pour l'envoi de cette très belle découverte qui va certainement nous pousser à découvrir d'autres livres de cette collection.

__________

Acheter Une Cosmologie de Monstres sur Amazon !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *