La seule fois où j’ai lu du Boris Vian c’était pour le collège où on nous avait fait lire L’Écume des Jours auquel je n’avais malheureusement rien compris à l’époque. Je pense qu’on était trop petit pour apprécier le style très spécial d’écriture de Boris Vian et tout ce dont je me souviens c’est que l’histoire n’avait aucun sens pour moi. Très dommage car depuis je n’ai pas eu envie de lire un autre de ses livres ni de relire celui-ci. Mais voilà, depuis des années j’ai ce recueil de nouvelles dans ma bibliothèque et cette fois il me faisait envie, en partie car il y a une nouvelle sur un Loup-Garou et que j’aime les créatures fantastiques. J’ai donc laissé une nouvelle chance à Boris.
Ici on retrouve 13 nouvelles écrites entre 1945 et 1952 :

  • Le Loup-Garou (1947)
  • Un cœur d’or (1949)
  • Les Remparts du Sud (1946)
  • L’Amour est aveugle (1949)
  • Martin m’a téléphoné (1945)
  • Marseille commençait à s’éveiller (1949)
  • Les Chiens, Le Désir et la mort (1947)
  • Les Pas vernis (1948)
  • Une Pénible histoire (1952)
  • Le Penseur (1949)
  • Surprise-partie chez Léobille (1947)
  • Le Voyeur (1951)
  • Le Danger des classiques (1950)

Boris Vian Le Loup-Garou

Et j’ai eu bien fait de lire ce recueil de nouvelles car il m’a complètement réconciliée avec Boris Vian. J’ai vraiment apprécié cette lecture et en particulier quelques nouvelles. Notamment celle sur le Loup-Garou. On y retrouve un loup-garou végétarien qui mordu par l’homme va se retrouver dans la peau d’un humain les jours de pleine lune. Un renversement amusant de la légende du Loup-Garou. L’amour est aveugle est une nouvelle que j’ai adorée. Pour faire simple c’est un peu comme The Mist de Stephen King mais version lubrique. Puisqu’un brouillard va s’abattre sur une petite ville et va pousser tous ses habitants à une grande lubricité. La chute de la nouvelle est ignoble et parfaite. On va retrouver des nouvelles plus violentes et noires, comme celle où un chauffeur de taxi et une jeune femme vont se mettre à écraser des gens dans la rue. J’ai choisi ce recueil de nouvelle en tant que lecture pour le Cold Winter Challenge et, bien qu’à première vue il n’y ait aucun rapport, on a tout de même Le Voyeur qui se passe dans la neige et dans un chalet dans la montagne avec une histoire sordide de bonhomme de neige.

Ah ! Ah ! Gloussa-t-elle, avec son rire comme un sac de noix qui descend du sixième étage.

Si j’ai aimé ce recueil de nouvelles c’est déjà par l’originalité des histoires présentées, mais surtout par le style d’écriture de Boris Vian, pas toujours facile à suivre dans certaines nouvelles mais véritablement délicieux tant il comporte de jeux de mots, de calembours improbables et d’humour. L’auteur joue énormément avec l’absurde et c’est probablement pour ça que je n’avais pas pu comprendre L’Écume des jours au collège. En plus de l’humour présent, on a également une grande noirceur de certains personnages, un côté malsain qui ne plaira pas à tout le monde car on ne voit pas forcément où l’auteur veut en venir mais pour ma part j’ai adoré cela, encore plus quand on voit l’époque où ces nouvelles ont été écrites. C’était très audacieux de la part de l'auteur.

Boris Vian arrive à retourner et à jouer avec les conventions que ce soit celles de la société ou celles de la littérature (avec notamment des références méta et des moments où il brise le 4ème mur) et ce grâce à l'humour et le fantastique. Je suis vraiment contente d’avoir enfin lu ce livre et j’ai donc vraiment envie de lire d’autres livres de Boris Vian, voire de relire L’Écume des Jours.

Commentaires (2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Je te conseille vraiment de te replonger dans « L’Écume des jours ». Je l’avais eu à lire au lycée personnellement donc j’avais sûrement plus de maturité (bien que pas tant que ça). C’est vraiment poétique et absurde et en même ça peut être très sombre par moment. Les métaphores prennent vie, les lois de la physiques et la logique n’ont pas vraiment leur place chez Boris Vian.
    Et si jamais, un film est sorti en 2013 avec Audrey Tautou, Romain Duris, Omar Sy… C’est pas un grand film mais ça reste sympa et ça finira peut-être de te convaincre.

    1. Oui je crois que je vais essayer de le relire ! Je ne savais pas qu’il y avait eu un film, merci de l’info !