Comme beaucoup j’ai découvert Arthur et les Minimoys au cinéma à travers les trois films d’animation réalisés par Luc Besson dont le premier est sorti en 2006 et qui adaptent en fait ses propres romans sortis en 2002. J’avais plutôt bien aimé ces films dans la veine de FourmiZ ou encore les 1001 Pattes puisqu’on y suivait l’histoire simple d’un jeune garçon découvrant un tout nouveau monde miniature habité par le peuple des Minimoys et persécuté par l’infâme Maltazard. Je n’avais jusqu’à présent jamais lu les livres et comme j’étais à la recherche d’un livre très court et très facile à lire j’ai ainsi débuté le tome 1.

Luc Besson Arthur et les Minimoys

Comme dans le film on va suivre Arthur un garçon d’une dizaine d’années vivant avec sa grand-mère pendant les vacances d’été. Il est fasciné par une des pièces de la maison qui regorge d’objets que son grand-père avait ramené de ses voyages, jusqu’à ce qu’il disparaisse 4 ans plus tôt. Mais alors qu’un promoteur vient menacer d’expulser sa grand-mère pour cause d’impayés, Arthur va tout faire pour sauver cette maison en suivant la piste du dernier trésor de son grand père, caché dans le jardin. Ce qu’il va découvrir va beaucoup plus loin qu’une simple poignée de bijoux puisqu’il va tomber sur le peuple des Minimoys, des êtres minuscules, habitants cachés du jardin. Eux-aussi menacés d’extinction par l’infâme Maltazard le Maudit, Arthur va se retrouver embarqué dans une aventure où le sort de beaucoup de personnes va reposer sur ses épaules.

Ce premier roman correspond finalement à la moitié du premier film qui adapte les deux premiers opus de la saga. Si vous avez vu les films, nul besoin de vous pencher sur les livres puisqu’on y retrouve la même trame, les mêmes enjeux, au mot près. On retrouve donc une histoire typique de la jeunesse des années 2000 avec un méchant promoteur qui veut s’emparer d’une maison et un jeune garçon sur qui tout va reposer et devenir le héros malgré lui. Bien que la lecture soit très fluide, il n’y a pas vraiment de surprise. Puisqu’on reste sur des évènements assez attendus, des facilités scénaristiques et surtout une écriture très simple voire carrément simpliste. On a peu de descriptions, ce qui tend à bloquer notre immersion dans un univers pourtant riche et intéressant. Les rares éléments de la vie des Minimoys décrits semblent hyper prometteurs mais trop peu nombreux pour qu’on se laisse porter. On a tout bonnement l’impression de lire un scénario. De plus, les deux premiers tomes auraient dû être réunis à mon sens puisque l’action est totalement coupée à la fin du tome 1, ce qui crée une grande frustration. Ce premier tome ne constitue finalement qu’une exposition assez grossièrement établie.

La campagne était belle, comme tous les matins de ces longues vacances d'été dont mêmes les oiseaux semblaient profiter paresseusement. Rien dans cette belle matinée ne pouvait laisser présager la terrible aventure qui allait débuter.

On a donc ici l’introduction des aventures d’Arthur chez les Minimoys dans un roman beaucoup trop court pour être satisfaisant. Si on appréciera la touche d’humour de Luc Besson, l’ambiance globale et l’univers plutôt intéressant, on reste bien sur notre faim une fois le livre refermé. Les personnages quant à eux sont assez stéréotypés mais attachants, sauf Sélénia la Princesse des Minimoys qui est tout simplement énervante. Si l’occasion se présente je lirai éventuellement la suite des aventures d’Arthur, Sélénia et Bétamèche pour connaître le dénouement car je ne me rappelle finalement plus du tout ce qu’il se passe dans les films mais cela ne se situe pas du tout dans mes priorités de lecture.

__________

Acheter Arthur et les Minimoys, Tome 1 sur Amazon !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *