Cette nouvelle saga de fantasy jeunesse par Katherine A. Applegate, autrice du livre Le Seul et unique Ivan et de nombreux romans aux personnages d'animaux personnifiés nous invite à suivre la toute dernière représentante de son espèce au travers d'aventures, d'amitiés et de découverte de soi.

Byx, dernière de sa fratrie, mène une vie paisible avec sa famille et les autres Dairnes lorsqu'une attaque survient et qu'elle reste seule survivante de son peuple. C'est complètement perdue et désespérée qu'elle va faire la connaissance de Tobble, un Wobbyk, et ensemble ils vont parcourir le royaume de Nedarra, peuplé de dangers et de surprises. Ils croiseront à leur tour Gambler, un Felivet, et Khara une jeune aventurière humaine qui vont devenir une nouvelle famille pour Byx. Bien que pourchassés par le Murdano, ils vont se mettre ensemble en quête de trouver la Première Colonie qui permettrait peut-être à Byx de retrouver d'autres membres de son espèce...

Ce livre qui a été une agréable lecture détente, m'a gentiment été envoyé par Babelio et les éditions du Seuil Jeunesse que je remercie. Un dépaysement attend le lecteur dans cette saga de fantasy jeunesse qui nous propose une multitude de nouvelles espèces et un monde plutôt vaste à explorer pour nos personnages. Byx est donc une Dairne, une créature ressemblant à un chien mais dotée de pouces opposables et du pouvoir de déceler les mensonges. Au cours de son périple elle rencontre d'autres espèces toutes aussi originales qu'amusantes, comme les felivets, les raptidons ou encore les Wobbyk : des créatures absolument adorables dotées de trois queues et aussi mignonnes que les Porgs de Star Wars.

Le point fort de ce roman jeunesse est donc la présence d'une multitude d'espèces et de leurs mythologies qui, bien qu'imaginaires, peuvent être assimilées à certains animaux que l'on trouve sur Terre. Dans ce monde de Nedarra, on retrouve six espèces dominantes. Pour en être une, il faut être capable de fabriquer des objets mais aussi de pratiquer la Théurgie, à savoir la magie de cet univers. Les Dairnes comme les humains et les raptidons en font donc partie. Mais de part sa capacité à savoir si une personne dit ou non la vérité, le Dairne est une espèce menaçante pour l'Homme qui préfère les exterminer, et qui prend ainsi dans ce roman le rôle du méchant de l'histoire, luttant pour plus de pouvoir et de domination sur les autres espèces. Par la voie détournée de la fantasy, l'autrice pose donc des questions essentielles quant à l'extermination des espèces, la maltraitance animale et leur exploitation. On va également pouvoir s'interroger sur ce qu'implique le fait d'être le dernier de son espèce, le fameux ultimon et sur les futurs et les choix possibles pour Byx.

Byx, qui est la plus petite et la plus fragile de sa famille, va donc découvrir malgré elle le monde en dehors de la meute et de sa famille, l'extérieur, celui qui est cruel et plein de dangers. Elle est obligée de sortir du cocon protecteur de sa famille mais cela va lui permettre de découvrir ses capacités et sa personnalité. Car si elle sait qu'elle est petite et jeune et ignore tout du monde extérieur, elle va aussi comprendre qu'elle est futée, courageuse et pourvues de qualités que les autres n'ont pas. Elle va pouvoir avec le soutien de ses nouveaux amis, gagner en assurance et également apprendre à faire à nouveau confiance aux autres après le massacre des siens. C'est sur ces valeurs positives de découverte de soi, de courage et de confiance que se construit ce premier tome parfaitement adapté à la jeunesse. L'autrice nous montre que peu importe notre taille, notre provenance, notre famille ou notre race, nous pouvons faire la différence, nous allier et combattre l'injustice.

Plus nous approchions de l'île, plus il survint des choses étranges, dérangeantes... mais aussi palpitantes. Jusqu'alors, ma vie s'était résumée à la meute et à l'environnement naturel que nous habitions. Ce monde-ci était différent : rempli d'humains, de chevaux, de carrioles chargées d'objets étranges et de drôles d'aliments, de cris et de bruits.

Portée par une écriture fluide et un peu d'humour bienvenu, on ne s'ennuie pas et les aventures s'enchaînent bien, quoiqu'un peu vite. Mais l'ensemble nous laisse finalement un peu sur notre faim. L'histoire est intéressante, mais le traitement reste un peu lisse et plat. On ne se sent pas vraiment concernés par les personnages et leurs sorts, le lecteur n'est pas impliqué émotionnellement. Il s'agit d'un premier tome qui manque de piquant et d'engagement même si on peut rapprocher l'extinction des Dairnes à celles de certaines espèces de notre monde, anéanties suite à notre mode de vie. Ce qui est dommage car on sent d'après les nombreux autres écrits de l'autrice que la cause animale est importante à ses yeux. Enfin, quelques incohérences relevées par d'autres lecteurs viennent gâcher quelque peu l'impression finale (Tobble passerait de brun à bleu argenté dans les descriptions de l'autrice sans raisons), mais on peut espérer que ces petits désagréments seront corrigés dans le second tome.

Katherine Applegate avec ses animaux personnifiés nous livre une histoire pleine d'aventures où la famille, le courage et la confiance sont au centre du récit. Si quelques incohérences et une impression générale un peu lisse viennent ternir l'avis du lecteur adulte, on peut toutefois recommander cette nouvelle série à la jeunesse qui y trouvera un questionnement de fond intéressant sur la disparition des espèces et la maltraitance animale. Le deuxième tome de cette série est dores et déjà sorti aux États-Unis cette année et c'est avec plaisir que je retrouvera Byx et ses amis pour sa sortie française.

__________

Acheter Le Monde de Nedarra, Tome 1 : Celle qui reste sur Amazon !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *