J’ai entendu parler de ce roman datant des années 80 grâce à sa nouvelle adaptation cinématographique qui a vu le jour en 2012 avec dans le rôle principal Daniel Radcliffe. Ce roman avait déjà fait l’objet d’un film en 1989, que je n’ai pas vu. En dehors du fait que le film de 2012 a été vendu comme un film de fantôme et d’horreur classique alors que ce n’était pas vraiment le cas, c’est un film que j’avais plutôt apprécié, surtout grâce à son ambiance mystérieuse du début du XXème siècle. Ainsi j’ai eu envie d’en savoir plus et de lire le livre original, un roman très court et publié aux éditions de l’Archipel en français.

Susan Hill La dame en Noir

On se retrouve dans l’Angleterre du début du XXème siècle, par un froid et brumeux mois de Novembre. On va suivre le personnage d’Arthur Kipps, un jeune notaire londonien qui va se rendre dans le nord du pays pour organiser la succession d’Alice Drablow, une vieille dame de 87 ans, fraichement décédée qui vivait dans le Manoir des Marais presque en ermite. Dans ce lieu isolé, il va rapidement se rendre compte que les habitants sont hostiles en entendant le nom de cette vieille dame et que personne n’ose pénétrer sa demeure. Ce manoir effrayant est battu par les vents et situé sur une presqu'île uniquement accessible à marée basse. Lors des funérailles de la vieille dame, Arthur remarque la présence d'une femme tout de noir vêtue, le visage émacié, comme rongée par une terrible maladie. Il l'aperçoit ensuite dans le cimetière, mais elle se volatilise avant qu'il ait le temps de lui parler. Cette dame en noir, Arthur la verra de nouveau aux abords du manoir ainsi que des phénomènes mystérieux et effrayants qui perturberont grandement Arthur, qui tentera de comprendre quelle malédiction pèse dans cette contrée.

Ayant vu le film et apprécié son ambiance je savais que je n’allais pas trouver un livre effrayant et horrifique ici, donc je n’ai pas été déçue. Car j’ai pu lire des avis de lecteur qui n’ont pas apprécié qu’il n’y ait pas vraiment de passage terrifiants ou que ce livre soit très court. Car dans ce livre on ne va pas réellement avoir de scènes qui nous font peur, c’est plutôt toute l’ambiance et l’atmosphère qui nous englobe et nous transporte. J’ai vraiment aimé les descriptions de l’auteur du manoir poussiéreux et ancien, des marais environnant, du temps assez chaotique, froid, venteux et pluvieux de cette région reculée, du brouillard à couper au couteau. On ressent parfaitement l’isolement du personnage et le fait qu’il n’en faut pas beaucoup pour faire peur à être un humain qui d’ordinaire ne croit pas aux histoires de fantômes, des histoires de gens de la campagne. Cela rend l’histoire assez réaliste. L’histoire est certes classique mais elle est plaisante et son style d’écriture peut faire penser à du Edgar Allan Poe, que j’affectionne beaucoup.

Là-bas près des marais, dans la pénombre si particulière qui régnait sur ce sanctuaire désolé, j’avais bel et bien vu une femme dont la silhouette était des plus tangibles, et en même temps – je n’en doutais plus, désormais – d’essence spectrale.

C’est un roman qui permet de se laisser porter dans une atmosphère glaçante avec une histoire classique mais efficace au dénouement surprenant et glaçant. Je recommande ce livre si l’on cherche un court roman de fantôme, qui ne fait pas trop peur mais avec un style et une élégance certaine. J’ai beaucoup aimé cette lecture et je serais très curieuse de lire d’autres livres de l’autrice.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *