Comment ne pas avoir envie de lire ce comics créé, scénarisé et dessiné par Joe Benitez, puis publié en français chez Glénat Comics depuis 2016 ? Cette série est un vrai succès en France et je n’en ai entendu que des éloges. Depuis longtemps cette série me faisait envie, rien qu’à voir ses belles couvertures et son univers steampunk, j’étais curieuse. Je me suis enfin lancée dans le tome 1, intitulé Le Mystère du Corps Mécanique.

Joe Benitez, Lady Mechanika

On se retrouve dans un univers steampunk du XIXème siècle, où s’entremêlent magie et sciences, où les machines sont très présentes et fonctionnent à vapeur. Dans la grande ville de Mechanika se trouve notre héroïne, unique survivante d’une expérience qui l’a laissée avec deux bras mécaniques. Comme elle n’a gardé aucun souvenir de son passé et de son identité, elle se forge une nouvelle identité, celle de Lady Mechanika, un personnage féminin fort qui use de ses capacités pour tenter de retrouver ses origines et la personne qui l’a transformée.

Après tous les avis positifs sur cette série, j’ai probablement placé la barre trop haut, ce qui fait que j’ai été légèrement déçue par cette lecture du tome 1. L’univers est très plaisant, j’aime beaucoup le genre steampunk, les machines, le XIXème siècle et son langage et les expressions de l’époque ainsi que le mélange machine-humain. J’adhère complètement à la base du comics. Mon soucis avec tome 1 c’est que le scénario est trop classique à mon gout, pas innovant et nous propose une histoire d’héroïne qui ne sait pas qui elle est et doit chercher le coupable de son état. Alors certes, il s’agit d’un tome 1 qui pose les bases de l’univers et il faut bien démarrer avec une quête simple pour ensuite l’étoffer, mais pour ma part ce scénario n’a pas piqué ma curiosité. En revanche j’ai tout à fait apprécié le personnage de Lady Mechanika, une héroïne forte et indépendante, mi-femme mi-machine, jolie mais qui "n’a pas besoin de séduire pour avoir ce qu’elle veut." J’ai bien aimé sa façon de toujours garder son calme ou encore sa relation avec un personnage de petite fille qui ne croit pas qu’elle soit Lady Mechanika et qui donne lieu à des dialogues amusants.

Les gens ont peur de ce qu'il ne connaissent pas. C'est une vérité que j'ai toujours connue car je ne garde aucun souvenir de l'époque où je n'étais pas encore un être contre nature... Les gens craignent la différence : physique, mentale, de comportement. Ceux qui sont différents sont rejetés, ridiculisés parfois éliminés.

Le point fort du comics est évidemment ses dessins, ceux de Joe Benitez. J’en viens presque à me dire que j’aurais préféré n’avoir que ses crayonnés sans la couleur. Ici le coloriste use d’une palette assez sombre qui nous fait parfois perdre le coup de crayon de Joe Benitez et il faut vraiment lire ce livre dans une grande lumière naturelle pour voir la finesse de son trait. Joe Benitez est un excellent dessinateur c’est certain, il dessine Lady Mechanika avec beaucoup de grâce et de force, elle est très belle. Il a apporté beaucoup de soin aux détails de l’univers steampunk, victorien, avec les costumes, les éléments mécaniques, les décors et accessoires. Le seul point qui me chiffonne est un trop plein d’utilisation de dessins de pied en cap de certains personnages, notamment Lady Mechanika, dans des poses qui tentent d’être différentes mais qui ont toutes cet aspect statique. Ces dessins me font plus penser à ceux que l’on verrait sur une couverture ou dans un sketch-book que dans un comics, car ils tendent à rendre la page fixe, à prendre toute la place et à casser l’action. Mais néanmoins, c’est un plaisir de prendre du temps pour les observer.

Voici donc un premier tome en demi-teinte pour moi, qui m’attendais à une série grandiose et plus audacieuse. Les dessins de Joe Benitez sont vraiment magnifiques et participent en premier plan à la qualité de la série. Je me laisserai toutefois bien tenter par les tomes 2, 3 et 4 déjà publiés chez Glénat, en espérant y trouver des surprises, un univers plus développé et un scénario qui s’étoffe.

Commentaires (2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. C’est une série que j’aime beaucoup, (surtout pour son graphisme avouons-le :p), mais j’ai failli arrêter au second volume : un tome plus cher que le premier avec à peine la moitié des pages pour l’histoire et le reste avec quelques interviews et énormément de fanarts… Deux tomes qui auraient pu selon moi être publiés en un seul et les fanarts offerts en contenu numérique. Mais bon, vu que c’était un souci au niveau du travail éditorial et pas de l’univers en lui-même, j’ai quand même continué et la suite est super chouette aussi ;)

    1. Je viens d’emprunter le tome 2 et c’est vrai que j’ai été surprise de voir la taille de l’histoire comparée au reste. Je vais le lire, j’espère que ce tome 2 me plaira un peu plus que le 1. Mais au moins les dessins sont beaux :)