C’est avec beaucoup d’enthousiasme que j’ai lu le tome 1 de Lady Mechanika en ce début d’année 2018 car j’en avais énormément entendu parler dans la mesure où cette série est un grand succès, notamment en France. L’auteur, Joe Benitez, signe à la fois l’histoire et les dessins et nous explique à la fin du tome 1 qu’il a eu l’idée de créer cette série en convention à force de voir les cosplayers en costumes steampunk qui le fascinaient. Après avoir fait des recherches sur ce mouvement qui propose un XIXème siècle où les machines fonctionnent à la vapeur, il produit cette histoire où Lady Mechanika, notre héroïne, est une rescapée d’une expérience scientifique qui lui a ôtée la mémoire mais l’a dotée de deux bras mécaniques. Elle devient alors une sorte de détective et tente de retrouver son passé et ceux qui lui ont fait ça. Malheureusement, malgré des dessins absolument magnifiques, je n’ai pas accroché plus que ça au premier tome qui m’a paru extrêmement classique dans la construction de son scénario et un peu trop statique graphiquement. Néanmoins j’étais curieuse de lire le tome 2 afin de voir si l’histoire s’étoffait et devenait plus intéressante.

Joe Benitez, Lady Mechanika tome 2

Le premier problème de ce tome 2 est qu’il ne s’agit pas vraiment d’un tome 2 puisque Glénat a en fait coupé le premier volume en deux parts inégales ce qui nous donne ici une histoire beaucoup plus courte complétée d’artworks, d’interview de l’auteur et de quelques pages de son autre série, Wraithborn. C’est donc assez dérangeant car on se retrouve avec un comics beaucoup plus court ici où finalement il ne se passe pas grand-chose. À la fin de notre tome 1 on retrouvait Lady Mechanika qui allait s’infiltrer à bord de l’Hélio-Krak, une sorte d’immense ballon dirigeable à l’esprit steampunk afin d’enquêter sur un personnage devenu également mi-femme mi-mécanique. Dans ce tome 2, elle s’y infiltre et se retrouve dans le bal masqué de la soirée d’ouverture, ce qui donne lieu a de très jolis costumes mais à une histoire toujours très plate. Pas de révélations, un peu d’action mais globalement l’histoire n’avance pas.

Encore une fois, j’ai été très déçue par ma lecture. Il n’y a tout simplement rien à dire sur ce tome car il est monstrueusement court et il ne s’y passe rien. Cette lecture me confirme ce que je n’aime pas chez Joe Benitez ici. Il a aimé des cosplays, s’est dit que ça serait une bonne idée d’en faire un comics et a produit une histoire très banale qui fait assez cliché et qui veut en faire trop. L’auteur met toute son énergie dans le dessin mais ce n’est absolument pas suffisant. C’est trop steampunk, on a une impression de caricature du mouvement avec un comics qui manque de finesse et de subtilité. Juste après ce comics j’ai lu la bande dessinée Le Château des Étoiles par Alex Alice qui est encore une fois dans un genre assez steampunk. Mais le traitement du genre est complètement différent, bien plus intéressant, poétique et subtil. Le côté steampunk de cette BD apporte un vrai intérêt à l’histoire ce qui n’est pas le cas avec Lady Mechanika.

Bien sûr les dessins sont très beaux comme je l’ai déjà dit pour le tome 1, un grand soin y a été apporté. Mais on retrouve encore beaucoup d’illustrations de personnages de pied en cap qui prennent énormément de place, sans que cela ait un intérêt à la construction du comics et lui donne même un aspect très statique.

Voici donc encore une fois une déception pour Dan et moi. C’est un comics joli à regarder, comme un sketch book mais qui propose une histoire très banale et pas très intéressante dans un genre steampunk caricatural et qui veut en faire trop. Je ne sais pas encore si je lirai le tome 3 car je doute que l’histoire me plaise mais en même temps on peut voir à la fin de ce tome 2 les premières pages du prochain tome et cela soulève ma curiosité car on y voit une histoire légèrement différente, dans un style un peu plus aventurier à la Lara Croft avec un traitement graphique un peu différent là aussi.

__________

Acheter Lady Mechanika, Tome 2 sur Amazon !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *