Je n’avais jusqu’à présent jamais lu ces romans très connus et populaires de Lemony Snicket AKA Daniel Handler, Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire, une série de 13 romans mettant en scène de pauvres orphelins dans un univers loufoque et sombre, écrits de 1999 à 2006. Pourtant comme beaucoup, j’avais pu voir en 2004 le film qui adaptait les trois premiers tomes de la saga avec Jim Carrey que j’avais bien aimé. Mais c’est après avoir vu la première saison de l’excellente série Netflix Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire sortie en 2017 et adaptant les 4 premiers romans de la saga que j’ai vraiment eu envie de lire l’histoire originale. C’est ainsi que je me suis tournée vers les éditions Nathan qui ont publié à partir de 2014 5 intégrales des Aventures des Orphelins Baudelaire dans une très belle édition grand format et illustrée par Brett Helquist.

Lemony Snicket Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire

Dans le premier volume de cette intégrale on retrouve donc les 3 premiers romans de la saga : Tout commence mal..., Le laboratoire aux serpents et Ouragan sur le lac. La première chose qui m’a frappée avec ces trois romans c’est à quel point ils sont identiques à la série Netflix et vice versa. On voit bien que l’auteur a été impliqué dans la série car je la trouve absolument respectueuse de l’histoire, de l’univers, du style et du ton des livres. Ayant adoré la série, c’est donc tout naturellement que j’ai adoré ces trois premiers romans, bien que connaissant déjà les histoires.

On y suit 3 jeunes enfants : Violette, Klaus et Prunille qui vont malheureusement se retrouver orphelins après la mort de leurs parents dans un incendie qui a ravagé leur maison. Mr Poe, le banquier de la famille et gestionnaire de l’immense fortune Baudelaire, se retrouve en charge de devoir placer les enfants chez leur plus proche parent. Malheureusement (encore, vous commencez à comprendre le concept) pour les Orphelins Baudelaire, c’est chez l’abominable comte Olaf qu’ils se retrouvent, un horrible personnage fourbe, avare et vicieux prêt à tout pour s’emparer de leur fortune. Les trois enfants vont donc devoir user d’intelligence et se serrer les coudes pour contrer les funestes projets du comte...

Si vous aimez les histoires qui finissent bien, vous feriez beaucoup mieux de choisir un autre livre. Car non seulement celui-ci finit mal, mais encore il commence mal, et tout y va mal d’un bout à l’autre, ou peu s’en faut.

J’ai vraiment adoré ces trois premiers tomes que j’ai dévorés très vite. Tout d’abord on y trouve un narrateur méta-fictif, Lemony Snicket qui nous met en garde dès le début en nous disant que cette histoire ne va pas bien se finir et qu’elle commence même très mal. Tout le ton du livre est très pessimiste et nous dis souvent que l’on ferait mieux d’imaginer la suite tout seul ou de reposer le livre tant nos orphelins subissent les pires épreuves. Le livre est bourré d’humour noir et de références. Il est très facile à lire et fluide dans un style que j’ai vraiment adoré. L’univers loufoque, grotesque et absurde est également tout ce que j’adore. La « route des pouillasses », le « Lac Chaudelarmes » ou encore « Port Brumaille » sont des lieux que l’on retrouve dans ces trois romans et nous montrent qu’on se trouve dans un monde fictif pas très engageant et assez sombre. Les personnages sont vraiment attachants, avec chacun leurs atouts et leur personnalité. Violette, la plus âgée est une inventrice hors-pair, Klaus est un jeune féru de livres en tout genre et Prunille, la cadette, est un bébé qui aime mordre tout ce qu’elle trouve. Là encore, la façon d’agencer les personnages entre eux a un côté irréel mais profondément attachant. Bien sûr le comte Olaf est un méchant, un menteur et un insensible qu’on adore détester et j’ai pris beaucoup de plaisir à l’imaginer avec les traits de Neil Patrick Harris qui l’interprète dans la série Netflix. Enfin tous les autres personnages sont idiots et ne croient jamais nos pauvres orphelins qui sont souvent voués à eux-mêmes. Mais là encore tout cela donne un côté humour noir et cynique très plaisant à lire et peut tout de même nous faire réfléchir sur l’absurdité de certaines situations dans notre propre monde.

J’ai donc adoré ces trois premiers tomes et je recommande beaucoup cette édition vraiment magnifique. Mon seul souci, ou plutôt inquiétude, est que si on retrouve ce même schéma à chaque tome, à savoir les Orphelins placés chez un nouveau tuteur et le comte Olaf qui arrive en se déguisant et qui tente une fourberie, je pense que cela aura un côté très redondant. J’espère donc que pour les tomes suivant on sortira des sentiers battus, même si j’adore le personnage du comte Olaf. Mais je pense que la série conservera un intérêt certain au vu de l’originalité de son histoire, de son style et de sa plume.

En tout cas si vous connaissez déjà cette saga de livres et que vous aimez cet univers je vous conseille à 100% la série qui d’ailleurs aura droit à une saison 2 en 2018 et qui adaptera les tomes 5 à 9. Le comte Olaf incarné par Neil Patrick Harris est juste fantastique et le visuel de la série on ne peut plus réussi. Mais nous vous reparlerons de cette seconde saison dès sa sortie, le 30 mars 2018. Pour ma part j’ai très hâte de voir cette saison 2 et de me procurer la suite des intégrale Nathan pour savoir ce qu’il va bien pouvoir arriver aux pauvres Orphelins Baudelaire.

__________

Acheter Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire sur Amazon !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *