Et si les aventures jeunesses farfelues de Roald Dahl rencontraient George Perec ? C'est ce qu'on retrouve ici dans ce petit recueil de trois contes écrits par l'autrice engagée et féministe de La Servante Écarlate Margaret Atwood. Pas de princesses à sauver mais des personnages loufoques et hauts en couleurs dans trois histoires écrites avec une contrainte technique, celle de l'allitération, de quoi régaler les enfants avec une lecture à voix haute !

Ramsay le rustre et les radis rugissants : Ramsay le rustre vit dans un taudis avec Ron, Rollo et Ruby. Ils ne s'entendent guère mais Ramsay découvre un jour un passage permettant de sortir de cette prison et tombe nez à nez avec une bande de radis pas commodes...
Bob le bileux et Dorinda la déprimée : Bob, abandonné par sa mère et vivant dans la rue rencontre Dorinda qui subit les remontrances incessantes de ses parents. Ensemble ils vont devoir faire face à un buffle semant la zizanie au jardin botanique.
Vanda la vagabonde et la vertigineuse laverie de la Veuve Vallop : Les parents de Vanda ont disparu dans un vortex mystérieux quand elle se fait enlevée par la veuve Vallop qui la force à travailler dans sa laverie où elle va rencontrer d'autres enfants et se venger.

Dans ces trois contes écrits entre 2003 et 2011 on retrouve donc trois histoires absurdes écrites en allitérations, cette figure de style qui consiste à répéter une ou plusieurs consonnes au sein d'une phrase ou, comme ici, dans tout un texte. On commence avec le R, puis le B et le D, et enfin le V (ou le W en langue originale). Une contrainte littéraire pas facile et qui nous montre la faculté de l'autrice à manier la langue. Le gros point fort de ce recueil des éditions Seghers est qu'il est bilingue et contient à chaque fois le texte original en anglais précédé de la traduction française. De quoi nous permettre de comparer les deux textes, et de pouvoir lire des allitération en deux langues différentes. On saluera le travail de la traductrice Michèle Albaret-Maatsch qui a réussi à garder le sens des histoires tout en conservant autant d'allitérations que dans les versions originales. Elle a du user d'imagination et de ruse car il est extrêmement difficile de traduire des jeux de mots de l'anglais au français tout en gardant le style des textes originaux et bien sûr leurs histoires. On notera tout de même quelques différences avec une utilisation assez vaste de mots d'argots dans le texte français d'où un glossaire de fin pour permettre aux plus jeunes de découvrir ses mots perdus comme "ribouis", "ripaton", "riper" ou encore "rapiné" pour ne parler que des mots en R. Quant à l'anglais il n'est pas aisé de lire les textes en raison d'un nombre important de mots de vocabulaire inconnus mais cela rend le texte idéal pour enseigner ludiquement l'anglais.

Ramsay le rustre résidait dans une résidence rectangulaire en ruine dotée d'un toit-terrasse, d'une resserre à racines et d'une porte à tambour. Un rempart roulait sur la rampe droite de cette retraite ravagée.

Si la prouesse littéraire est bien là, le contenu des contes en est un peu moins attrayant tout d'abord car rendu difficile à lire et à comprendre à cause du style. Mais on peu néanmoins savourer ces courtes histoires vraiment farfelues qui font beaucoup penser aux romans de Roald Dahl. De la même façon, les illustrations rigolotes de Dušan Petričić viennent rappeler ceux de Quentin Blake, illustrateur attitré des romans de Dahl. Ici, pas de princesse ni de princes charmants mais des personnages faisant face à des moments difficiles avec beaucoup d'imagination et des belles valeurs comme celles de l'amitié, du courage et du partage remplacent les morales des contes traditionnels.

Margaret Atwood livre ici un exercice de style amusant et ludique, qui reste cependant assez loin de ses écrits adultes et qui conviendra vraiment à des parents avides de se challenger en lisant ces histoires à voix hautes à leur enfants. Les amateurs d'histoires absurdes à la Roald Dahl seront également conquis par ces aventures loufoques. Pour ma part, j'ai tout particulièrement apprécié l'édition regroupant les textes anglais et leurs traduction française et l'attention portée au glossaire de fin pour les mots d'argots. Merci à la masse critique Babélio pour cette découverte ludique et amusante qui restera dans ma bibliothèque en vue d'une future lecture à voix haute à un jeune lecteur.

__________

Acheter Trois Contes très Racontables sur Amazon !

Commentaires (1)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Oh j’ai lu pas mal de romans de Margareth Artwood et je ne m’attendais pas du tout à ce qu’elle écrive de tels contes :O Ils ont l’air drôlement sympa, je suis vraiment curieuse de les lire à l’occasion !