Ces derniers temps, Netflix multiplie les programmes dédiés à la science-fiction. En séries ou en films, la chaîne crée du contenu original et va même jusqu'à offrir une maison à certains projets boudés par des distributeurs frileux face à la SF, c'était notamment le cas du récent film Annihilation. Flairant le bon coup et profitant de la réticence des studios de cinéma, Netflix nous propose une série qui adapte le roman Carbone Modifié de Richard Morgan : une enquête futuriste dans un monde résolument cyberpunk.

Nous sommes dans le futur et il est possible de stocker son esprit dans une "pile" pour le transférer dans un autre corps. Takeshi Kovacs, un ancien rebelle et criminel, est ramené à la vie dans un nouveau corps 250 ans après sa mort par l'hyper-riche Laurens Bancroft afin de résoudre le meurtre de ce dernier.

D'emblée, la promesse est totale. La série nous plonge dans un univers cyberpunk grâce à sa direction artistique soignée et nous emmène dans une enquête des plus intrigantes puisqu'elle est commanditée par l'homme, revenu à la vie, qui s'est fait lui-même assassiné ! L'utilisation intensive de méthodes futuristes à tous les niveaux de l'investigation en font une œuvre de techno-thriller intéressante à suivre.

Altered Carbon n'est pas seulement une histoire de science-fiction, c'est aussi une pépinière d'idées dont le but est de nous questionner, de nous faire rêver ou réfléchir à un futur qui pourrait être le notre. Une multitude de thèmes sont abordés, comme par exemple les hôtels gérés par intelligence artificielle ou les différentes utilisations des simulations virtuelles et leur impact psychologique qui peuvent servir comme moyen de torture ou, au contraire, lors de séances de thérapie pour faire face suite à un traumatisme.

Bien sûr, c'est la pile qui est au cœur du show et l'immortalité qu'elle a permis. On va explorer ses différentes utilisations comme la possibilité de revenir dans un nouveau corps, l'effet de mort irrémédiable suite à la destruction de la pile ou l'illégalité de posséder plusieurs corps. Si cette technologie est accessible à tous, les inégalités sont toujours présentes. Ainsi les ultra-riches, appelés meths, peuvent se permettre de se cloner des enveloppes vides pour y revenir après leur mort ou encore de sauvegarder leur pile au cas où celle-ci serait détruite. On assiste également à l'impact de cette technologie sur les mentalités et sur l'évolution de la société.

Toute la partie liée à l'enquête principale est prenante et donne lieu à des ramifications et à des sous-enquêtes qui jonglent dans les différentes facettes de la série. On s'attarde sur la technologie, la société ou la criminalité au sein de cet univers. On a l'occasion de revenir sur le passé de Takeshi, en particulier sa vie en tant que rebelle. L'idée est intelligente et pose une question d'éthique tout en montrant comment on peut vouloir renverser un système établi que personne ne questionne sans pour autant tomber dans le fanatisme. La question du fanatisme est d'ailleurs abordée dans un parallèle tout aussi intéressant avec l'avis des groupes religieux.

Altered Carbon puise également sa force dans son ambiance postcyberpunk particulière, un équilibre est créé entre polar noir et espoir ambiant. Car si les personnages évoluent dans un univers sombre et dystopique, ils luttent pour améliorer leur environnement, en aidant une fille traumatisée suite à son agression ou en luttant contre les dérives du commerce du sexe. Pour l'occasion, on voyage depuis la vie underground jusqu'aux hautes sphères des richissimes meths, de manière à appuyer sur la lutte des classes.

Malheureusement, la série n'est pas exempte de défauts. Elle pêche principalement par son rythme en dent de scie avec les longueurs que cela entraine et on fini par anticiper assez facilement certains événements. L'inévitable intrigue amoureuse semble être considérée comme une case à cocher sur un cahier des charges déjà bien rempli et est traitée de manière assez maladroite. Mais le gros point noir de la série reste l'antagoniste de la deuxième moitié dont on peine à s'y attacher, à comprendre ses actions et à s'intéresser à ses motivations.

Altered Carbon propose une intrigue vaste et fourmille d'idées de science-fiction qui viennent piquer notre curiosité et titiller notre esprit critique. Si la série possède une ambiance prenante renforcée par une direction artistique de qualité, elle s’essouffle beaucoup trop souvent et donne parfois l'impression d'être une vitrine cyberpunk. La première saison d'Altered Carbon est disponible sur Netflix.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *