Tebori est une série de 3 bandes-dessinées sur le thème du tatouage et des Yakuzas parue chez Dargaud en 2016 et 2017 et créée par deux auteurs espagnols, José Robledo au scénario et Marcial Toledano au dessin. Je n’avais jamais entendu parler de cette série avant que l’on me prête ces trois tomes aux couvertures très attirantes et flashy. Il est certain que de moi-même je ne me serais pas tournée vers ces BD car à première vue, ce n’est pas un genre que j’affectionne tout particulièrement. Mais après lecture des premières planches la curiosité l’a emportée et j’ai finalement lu toute la saga avec beaucoup d’intérêt.

Marcial Toledano, Tebori Tome 1

On va suivre Yoshi, un jeune Japonais membre d’un gang de motard qui va se repentir et être placé chez Seijun, un grand maître tatoueur. On le retrouve beaucoup plus tard, épanoui dans ce salon de tatouage où il a appris les techniques de cet art, modernes et traditionnelles, comme celle, très ancienne du Tebori. Après avoir gagné la confiance et le respect de Seijun celui-ci lui révèle que ses clients spéciaux sont des yakuzas et que leurs tatouages ont chacun leur propre signification, souvent liées aux meurtres qu’ils ont commis. Mais tatouer les yakuza n’est pas sans risque et Yoshi va très vite s’en rendre compte.

Dans cette BD à l’ambiance assez sombre, proche du thriller et du polar noir, on se retrouve au Japon, là où les Yakuzas, la mafia japonaise, fait partie intégrante de la société et est tolérée par la police dans une certaine mesure. Je connais très mal toute cette facette du Japon et ce n’est pas forcément un thème que je cherche à lire en roman par exemple, mais en BD cela passe beaucoup mieux. Sans rentrer trop dans des détails complexes les auteurs arrivent à nous faire comprendre comment fonctionne cette culture et cette société japonaise entre tradition et modernité. Grâce à un glossaire à la fin du tome on parvient à comprendre au fur et à mesure les codes des yakuzas, leur langage, la chaine de commandement, les différentes fonctions et positions des membres.

Ce monde effrayant, on le découvre par le biais du tatouage, car très vite Yoshi va devoir remplacer son maitre et tatouer lui-même les Yakuzas plus ou moins haut placés qui vont venir dans son salon. Dans le premier tome on est presque dans une histoire de type tranche de vie puisqu’on va suivre les séances de tatouage de Yoshi et écouter les histoires plus ou moins fantasmées racontées par les Yakuzas. Cela nous permet également d’apprendre beaucoup de choses sur le monde du tatouage au Japon et sur les méthodes traditionnelles. Le Tebori est justement un art de tatouage traditionnel japonais qui utilise des bouts de bois sculptés en forme d’aiguilles qui servent à piquer de manière répétitive la peau. Il s’agit d’une méthode longue et fastidieuse qui signifie « couper à la main » en japonais. Cette pratique est plus longue et plus douloureuse que les procédés modernes mais c’est ce que recherchent les Yakuzas. J’ai beaucoup aimé toute cette partie confidence ou histoires enjolivées qui même s’ils rendent le récit un peu épars, lui donne une vraie originalité dans le monde de la BD.

Marcial Toledano, Tebori Tome 2
Tebori, Tome 2

Mais bien sûr la BD va bien au-delà de cet aspect et propose une histoire qui va très vite être pleine de rebondissements et de tournures inattendues à partir du tome 2. Car après avoir tout juste terminé le tatouage d’un des chefs des Yakuzas dont il a conçu le dessin, Yoshi va retrouver le même motif sur le corps de sa petite amie et tenter de comprendre comment cela est possible et orienter ainsi la BD vers un côté fantastique mystérieux et envoutant. Quant à l’action, elle est bel et bien présente puisque les Yakuzas restent des criminels dangereux qui peuvent à tout moment se retourner contre vous et créer des situations dramatiques dont Yoshi va vite faire la découverte.

Marcial Toledano, Tebori Tome 3
Tebori, Tome 3

Porté par de très beaux graphismes dynamiques, modernes et colorés, ces trois tomes sont très efficaces et ont été une belle découverte. Tout en étant fluides et addictives, les trois BD proposent de plonger dans l’univers sombre de la mafia japonaise et de nous enseigner ses rites et coutumes. La tradition et la modernité se mêlent habilement et on est vite fasciné par le monde du tatouage traditionnel qui nous est représentés, avec ses techniques, ses grands maîtres tatoueurs. Sans oublier une part d’action, de violence, de trahison et on a une saga efficace et soignée qui fut une belle découverte BD !

__________

Acheter Tebori, Tome 1 sur Amazon !

Commentaires (2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. J’avais lu un roman sur l’histoire d’un yakuza ! C’était mémoire d’un yakuza, cela racontait l’ancienne tradition yakuza et son évolution à ce que c’est devenue aujourd’hui. J’avais vraiment aimé cette série de BD pourrait le compléter parfaitement, merci pour la découverte :D