C'est le P'tit Yahourt qui s'était procurée ce comics sur un coup de tête l'année dernière. Cette histoire moderne de sorcellerie m'intriguait alors j'ai finalement sauté le pas. Coffin Hill est une série en trois tomes originalement publiés par Vertigo et dont les deux premiers volumes sont disponibles en France chez Urban Comics.

Couverture de Coffin Hill

Eve Coffin est une ado appartenant à une ancienne famille aristocrate et mystérieuse de la petite ville de Coffin Hill en Nouvelle-Angleterre. À la suite d'un rite de magie noire dans la forêt, Eve se réveille dans une mare de sang et constate qu'une des ses amies a disparu tandis que l'autre est traumatisée.

Coffin Hill nous propose une histoire intéressante pleine de mystères sur le thème de la sorcellerie moderne et plus particulièrement la magie noire. Le déroulement global de ce premier tome monte crescendo que ce soit au niveau de la tension, des révélations ou de l'utilisation de la magie et arrive à nous tenir jusqu'au bout de la lecture. L'autrice rajoute une couche supplémentaire d'intrigue avec une enquête puisque dix ans après le drame de la forêt, une autre fille disparaît dans des conditions similaires et c'est un ancien ami d'Eve, lui aussi impliqué, qui est le shérif en charge de l'affaire.

Le comics possède une bonne ambiance qui arrive à jouer avec les codes de l'angoisse en étant oppressante et mystérieuse grâce aux superbes dessins d'Inaki Miranda qui nous propose aussi une poignées de double pages verticales apportant plus de poids à certaines scènes. On apprécie aussi le style apporté aux différentes formes de magie ainsi qu'aux créatures qui font leur apparition au fil du comics. Malheureusement, la série souffre sur sa narration car, si le fait de suivre les deux époques en parallèle apporte quelques bons éléments, ce jeu de flashback est effectué de manière hasardeuse et dessert souvent l'histoire. Ce problème de rythme se retrouve également dans la gestion de l'action où l'on a parfois l'impression qu'il manque une case pour rendre la scène fluide.

Caitlin Kittredge est une autrice de dark fantasy orientée young adult et ça se ressent principalement dans la construction des personnages et dans les ressorts narratifs utilisés. Personne ne fait confiance à Eve, mais elle ne fait rien pour plaider sa cause, tandis que les relations entre les personnages, les amourettes et les jeux de quiproquos rappellent les séries girly de la CW. Ce point plaira très certainement à celles et ceux qui recherchent ce type de traitement des personnages, mais rebutera les gens qui sont plutôt dans mon cas.

Ce premier tome se conclut par un dernier chapitre bien différent qui se déroule en 1958 et qui est centré sur la mère d'Eve Coffin, alors qu'elle n'était qu'une fillette bien avant qu'elle ne devienne le personnage antipathique qu'on connait. Dans un style lovecraftien, on va en savoir plus sur les origines magiques de la famille Coffin ce qui renforce la mythologie de la série et apporte un nouveau souffle grâce à ce changement de ton.

Portée par un très beau trait, cette histoire de magie noire moderne possède une ambiance et une histoire mystérieuse mais une narration malhabile. Coffin Hill reste une belle promesse mais son résultat dépend en partie de votre appétence pour le style young adult. Cette série peut d'ailleurs être une porte d'entrée au label Vertigo pour un lectorat adolescent.

__________

Acheter Coffin Hill, T.1 sur Amazon !

Commentaires (2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    1. C’est le côté magie noire ou la patte young adult qui te rebute ?