En grand fan du Donjon de Naheulbeuk, il fallait absolument que je me plonge dans ce court diptyque en BD qui raconte une histoire qui fait d'une pierre deux coups puisqu'elle explique la genèse des hommes-légumes en plus de proposer une aventure haletante à base de monstre légendaire et de complot liant cinq peuples autour d'une unique recette aussi mystique qu'ancestrale : Le Grand Pot-Au-Feu ! C'est lors des Imaginales 2018 que j'ai sauté le pas, profitant de la présence de Guillaume Albin, auteur et dessinateur, ainsi que d'une petite pile de la magnifique édition limitée qui rassemble les deux tomes en un seul volume de très belle facture.

Integrale de La Malédiction de Tirlouit

Dans la région des Burrows, des meurtres abominables sont causés par un monstre colossal. Rapidement la rumeur enfle et voudrait que la légendaire Bête de Tirlouit, un lièvre mutant géant qui dévore les hommes-carottes, soit de retour. Le Shiriff Greentop est mandaté pour mener l'enquête mais ses subordonnés n'étant pas des plus efficaces, il décide donc d'engager des aventuriers. Mais cette enquête n'est que le point de départ d'une menace bien plus vaste...

Qu'on le dise tout de suite, si vous aimez l'ambiance du Donjon de Naheulbeuk vous serez servi ! Cette BD ayant été faite à partir d'éléments de l'Encyclonebeuk, l'encyclopédie en ligne sur la Terre de Fangh, et après l'accord du créateur John Lang. On retrouve donc un style similaire d'humour et une volonté d'étendre l'univers en se détachant de la Compagnie des Fiers de Haches, ce qui avait déjà été amorcé avec La Tour de Kyla. Ici l'extension se fait en abordant l'histoire des hommes-légumes qu'on avait rapidement croisés le temps d'un épisode.

Planche de La Malédiction de Tirlouit
Guillaume Albin – La Malédiction de Tirlouit (Clair de Lune)

On se retrouve avec une histoire en deux parties qui commence d'abord par une enquête. L'incompétence, en particulier celle des pouvoirs publics, étant une constante dans les Terres de Fangh, le Shiriff Greentop se retrouve contraint d'engager des aventuriers pour mener à bien sa mission. Le mot magique est prononcé : "aventuriers". Dès lors, on assiste à des scènes d'actions et de réflexions dans le plus pur esprit du jeu de rôle Naheulbeuk où rien ne se passe comme prévu. On entre ensuite dans un complot de géopolitique légumineuse de grande ampleur qui tourne autour du fameux Grand Pot-Au-Feu, l'occasion de revenir sur les origines de la malédiction qui a créé les hommes-poireaux et leurs congénères grâce à un retour de 500 ans dans le passé.

L'aventure est haletante de bout en bout et contient son lot de références, de parodies et d'humour meta qui raviront les amateurs de fantasy et de jeu de rôle. On profite également d'une galerie de personnages variés et atypiques qui représentent bien la diversité de ce qu'on peut croiser en Terre de Fangh et l'aspect hétéroclite des équipes de rôlistes évoluant dans cet univers. On apprécie également le trait de Guillaume Albin qui convient bien au ton de la BD et qui propose un style graphique à la fois différent et complémentaire de celui de Marion Poinsot qui officie sur la série principale. En bonus, l'intégrale contient des précisions encyclopédiques sur les différents hommes-légumes et des pages de recherches graphiques. Un dessin que je peux apprécier encore plus car j'ai eu la chance de faire dédicacer mon exemplaire lors des Imaginales 2018 !

Dédicace pour La Malédiction de Tirlouit
Guillaume Albin - Mai 2018

La Malédiction de Tirlouit offre un nouveau regard sur l'univers du Donjon de Naheulbeuk qui ravira les connaisseurs en jouant avec la mythologie déjà établie et en disséminant des clins d’œil, mais qui pourra aussi être une porte d'entrée au monde au John Lang à ceux qui souhaitent commencer par une histoire courte et complète.

__________

Acheter La Malédiction de Tirlouit en Intégrale sur Amazon !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *