Alors que Les Aventures de Victor Billetdoux touchent bientôt à leur fin, Les Aventuriers de l'Étrange lancent leur nouvelle série cette fois plus orientée jeunesse et fantasy. Ari, Le Chasseur, premier tome de la trilogie nommée Le Sceau Du Dragon, marque également le retour de Xulia Vicente, co-créatrice de Et le village s'endort..., et les débuts sur le sol français du scénariste Manuel Gutiérrez.

Le monde de Niilak est presque entièrement désertique. Battu par des vents glacés, ses terres sont recouvertes de neige ou trop froides pour être cultivables... à l'exception de la région d'Eynja, protégée par une chaîne de volcans qui contribue à la fertilité du sol. Malheureusement la zone, comme toutes les autres, est contrôlée par les Écuyers Skyars et leurs redoutables dragons qui n'entendent pas partager les ressources avec les Chasseurs Mirkyrs, contraints de survivre dans des abris souterrains.

On va suivre Ari, un Chasseur de dragons solitaire au talent indéniable, dont la vie bascule après un combat intense contre une mystérieuse Écuyère rouge et son dragon blanc. Il va abandonner sa solitude pour rejoindre un groupe de rebelles Mirkyrs bien décidés à renverser les Skyars, mais la vie en groupe est bien compliquée pour lui qui cherche jusqu'à l'obsession des indices sur l'Écuyère rouge.

Dès l'ouverture de la BD, on est accueilli par une carte bien utile et un petit texte qui nous présentent un tout nouveau monde à découvrir. Au fil de la lecture, on est plongé en douceur dans une mythologie qui semble vaste et détaillée, avec des histoires de clans, de guerres, de rituels et de modes de vie. La narration de Manuel Gutiérrez s'appuie sur trois points principaux et trouve un équilibre entre les phases d'aventures et de voyage d'un côté, l'action des combats et enfin le jeu de piste que mène Ari. En revanche, le rythme est très rapide, parfois trop à cause de certaines petites ellipses qui forcent à sortir pour raccrocher les wagons.

J'apprécie les histoires qui mettent l'humain au cœur du récit et ici on a l'occasion d'observer la dynamique d'un groupe constitué de profils différents. Les relations évoluent, des tensions naissent et des liens se créent, mais c'est surtout le personnage d'Ari qui est le plus intéressant. Lui, qui était habitué à la solitude, porte comme un fardeau la vie en groupe d'autant plus qu'il a constamment l'esprit occupé par sa quête personnelle et qu'il est ressorti changé de son combat avec l'Écuyère rouge.

Ari, Le Chasseur Page 4
Xulia Vicente - Ari, Le Chasseur (Les Aventuriers de l'Étrange)

Les dessins de Xulia Vicente sont beaux et dynamiques, particulièrement dans les combats, renforcés par une super colorisation jouant avec les tons froids de l'hiver permanent qui tranchent avec les couleurs chaudes des couchers de soleil. J'ai également bien accroché aux designs des armes, des vêtements et des différents dragons qui nous ancrent un peu plus dans l'univers de Niilak.

Ce premier tome du Sceau Du Dragon nous emporte dans un univers riche aussi bien mythologiquement que visuellement. Si cette bande dessinée convient aux plus jeunes, les amateurs d'aventure et d'action ne seront pas lésés. On a hâte de découvrir le second volume intitulé Ira, L'Écuyère qui nous permettra d'en savoir plus sur l'Écuyère rouge et qui rappelle un peu le style de publication de la série de romans A Comme Association avec un tome par personnage pour une seule et même histoire.

__________

Acheter Le Sceau du Dragon, Tome 1 : Ari, Le Chasseur sur Amazon !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *