C’est il y a peu de temps que je me suis lancée dans la lecture de Light Fantasy, cette Fantasy humoristique, décalée et parodique menée par son auteur le plus connu Terry Pratchett. J’ai commencé par lire le premier tome des Annales du Disque-Monde que j’ai tout de suite adoré pour son univers original, ses péripéties rocambolesques et son humour anglais. Puis c’est au festival des Imaginales 2018 que j’ai découvert Jean-Claude Dunyach, un auteur français qui nous a fait mourir de rire avec ses anecdotes sur le monde du travail aux côtés de John Lang lors de la conférence « Et on sourit, et on rigole ! Humour et Imaginaire ». Ni une ni deux, j’ai décidé d’acquérir L’Instinct du Troll, un court roman ou recueil de 4 nouvelles formant un récit linéaire publié chez L’Atalante en 2015 qui va mettre en scène un troll Responsable opérationnel du domaine forge et excavation de son entreprise souterraine. Cette promesse d’une histoire à la Zombillénium version Fantasy et troll des cavernes m’a tout de suite intriguée puis convaincue.

Jean-Claude Dunyach, L'instinct du Troll

On va donc faire la connaissance d’un troll des montagnes Responsable opérationnel du domaine forge et excavation – grandes profondeurs de son entreprise où il est chargé de superviser le travail des nains dans la mine. Or les nains sont de vrais travailleurs acharnés, il faut les surveiller et les cadrer sous peine de les voir tout forer là-dedans nuit et jour jusqu’à écroulement de la roche et épuisement des ressources. Ça c‘est le travail de notre troll solitaire et bourru qui le fait par habitude et lassitude jusqu’à ce qu’on lui colle un stagiaire, humain de surcroit, Cédric. Ce jeune homme pistonné, à la grande exaspération du troll, n’y connait évidemment rien au management et au travail dans la mine. Au troll de devoir le former et c’est cette vie quotidienne d’entreprise pas comme les autres que le lecteur va suivre, avec ses missions, ses quêtes de notes de frais, ses procédures et ses personnages hauts en couleur.

L'antre du nécromant sent la pourriture et la couche de bébé usée, avec une pointe de désherbant par-dessus pour ajouter une note de fraîcheur.

Ce livre fut tout à fait à la hauteur de mes espérances. On retrouve bel et bien de l’humour agrémenté de jeux de mots plus ou moins foireux, dixit l'auteur, mais toujours drôles et qui ne prédominent pas sur le reste et qui sont donc moins présent que dans un roman de Terry Pratchett. Si les situations font rire, elles sont également une excellente critique du monde du travail, du progrès voire du capitalisme, ou en tout cas elles donnent à réfléchir sur notre propre vécu. On sent l’expérience de l’auteur et sa capacité à analyser les situations et à les transposer à un univers de Fantasy loufoque et déjanté. Au programme protocoles, réunions, ressources humaines, dédales des archives, paperasse interminable, problèmes de production, restructuration et autres joyeusetés auxquelles on a tous été confronté dans notre quotidien de travailleurs. Sous la plume agile de l’auteur, les déboires du troll font rire et permettent un certain exorcisme de nos propres problèmes et rancœurs vis-à-vis de nos employeurs.

De la même façon l’auteur joue avec les codes de la Fantasy où on va retrouver tout un tas de créatures habituelles comme des trolls, des gobelins, des nains, des nécromants ou encore des nymphes. Mais là où il surprend c’est en réinventant ces personnages, en les plaçant là où on ne les attend pas créant tout un tas d’autres situations grotesques. Il reprend les bases de ce genre pour mieux les réutiliser et les détourner et va même jusqu’à réécrire le mythe arthurien dans une version à mourir de rire. Le plus étonnant reste l’utilisation d’un troll en tant que personnage principal, créature que l’on associe habituellement à une certaine stupidité et rustrerie ce qui ne va pas être le cas ici. Le troll est un être certes bourru mais plein de sensibilité et de nostalgie envers sa trollesse perdue, sans compter une bonne dose d’intelligence et de bon sens. Bien que renfrogné et solitaire au début du récit il va s’ouvrir petit à petit et se lier avec son stagiaire et d’autres personnages tous plus attachants les uns que les autres, sans toutefois perdre son envie de balancer quelques baffes. La mythologie du troll est explicitée et étoffée, on nous apprend par exemple qu’il a un goût prononcé pour l’eau ferrugineuse et une fringale des pierres précieuses. Ce troll change positivement de l’image que l’on se fait du troll habituel et pour le décrire l’auteur use d’un champ lexical rocheux assez savoureux voire complètement poétique qui nous plonge dans la psyché du troll et de sa sagesse millénaire.

Il y avait cette trollesse ... Comment vous la décrire ? Elle était si jeune, à peine érodée, le corps strié de minuscules grains de quartz qui luisaient sous la pluie. Elle dansait comme une avalanche. Pour me plaire, elle incrustait des fragments de pierre sur ses hanches, qu'elle n'enlevait que pour moi. Cinquante nuances de grès.

L’Instinct du Troll est une belle découverte de light fantasy. Avec ses quêtes, aventures, calembours et traitements de fond sur le monde du travail, l’auteur nous emporte grâce à une plume poétique, drôle et fluide. Impossible de ne pas s’attacher à ce troll et aux autres personnages inattendus et c’est avec plaisir que je lirai le tome 2 intitulé L’Enfer du Troll sorti en 2017. Un troisième tome serait en court d’écriture.

__________

Acheter L'Instinct du Troll sur Amazon !

Commentaires (2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Je suis une grande fan de la light fantasy et j’en cherche de plus en plus francophone du coup ce roman est parfait pour moi ! Merci pour la découverte :D

    1. Contente de te l’avoir fait découvrir ! Si t’as des recommandations de Light Fantasy je suis preneuse aussi !